The Rodeo @ Café de la danse - 30 mars 2010

Publié le par Cissie Blues

Comme elle est loin, l'époque où j'ai entendu la première chanson de The Rodeo, Your Love is Huge, sur la scène de la Flèche d'Or, pendant un concert de feu Hopper. Et comme elle est loin, cette époque où Dorothée s'est présentée sur scène en solo devant moi pour la première fois, au Truskel, avec son projet tout neuf. J'avais été instantanément conquise par sa voix, son charme et son univers flolk-western-country. Tout cela remonte à au moins quatre ou cinq ans maintenant et lorsque j'avais évoqué son talent dans ces pages il y a déjà deux ans, je plaçais beaucoup d'espoirs en elle, mais n'imaginais pas qu'elle allait faire un tel chemin.

 

DSCF2915.JPG

 

Nous revoilà donc quatre ou cinq ans plus tard, à arpenter le Café de la Danse où je passe ma vie en ce moment (qui a demandé pourquoi je ne le racontais pas sur mon blog ??) et à attendre la tête d'affiche de la soirée : Dorothée.  C'est assise près de la scène, appareil photo en mains que le la vis arriver, toute timide dans sa robe à franges noire, et accompagnée de son groupe au complet, ses John Wayne's, Jean et François. Elle entonna immédiatement son single dont France Inter est si friande : On the Radio.

 

DSCF2883.JPG

 

Le public se retrouva aussitôt dans le bain et ne lâcha plus la scène des yeux. Dorothée a roulé sa bosse et s'est forgée une expérience live à travers l'Europe et les Etats-Unis : elle ne se laisse pas démonter. Et si elle est venue présenter son nouvel album, Music Maelström, elle n'en oublie pas moins les autres chansons qui ont fait son succès (Your Love is Huge, évidemment, et  la très jolie I'll catch the Following Train) ni quelques reprises bien choisies. AInsi, elle interpréta If I had a Hammer que l'on peut toujours écouter sur son Myspace, et un magnifique negro spiritual dont j'ai oublié le nom, sur lequel deux choristes (parmi lesquelles j'ai reconnu Aurélia, son ancienne complice d'Hopper) et un guitariste (qui m'a semblé être Franz is dead) vinrent la rejoindre. La cohésion du groupe et la complicité de ses membres crèvent les yeux, et le plaisir qu'ils ont à jouer ensemble est communicatif.

 

DSCF2900.JPG

 

Le concert s'acheva sur le magnifique Love's not On the Corner avec tout le monde, en rappel, et Dorothée vint saluer son public ravi qui la gratifia du deuxième "Joyeux anniversaire" de la soirée pour ses 30 ans. Et moi dans tout ça ? J'en redemande, car si le second EP de la demoiselle m'avait un peu laissée sur ma faim, l'album qui a suivi et sa prestation scénique ont achevé de me convaincre de son potentiel. The Rodeo est décidément un projet qui tient toutes ses promesses.

Publié dans Concerts

Commenter cet article